• Les Maraudes :
    se préparer à créer un Bus du Partage

  • bouton retour accueil
    La charte de l'Homme de partage

    Buts

    • Nous « faire » Homme de partage :

    Le partage est l'enjeu majeur de l'humanité d'aujourd'hui. La crise de notre société de consommation, réclame que nous devenions des êtres de partage.

    • Instaurer un partage durable,

    prendre du recul sur notre façon de partager et se donner des repères.

    • Instaurer une attitude intérieure :

    acquérir la conscience du partage dans nos gestes quotidiens.

    12 articles de la charte

    1. Partager sans urgence.

      Nous avons choisi un humanitaire sans urgence, pour apprendre à partager au quotidien, en prenant le temps de créer des liens chaleureux. Pour que le partage soit durable, nous ne devons pas bouleverser nos emplois du temps.

    2. Partager à sa mesure.

      Pour ne pas s'épuiser dans l'aide, il est important de déterminer qu'est-ce qu'on peut vraiment partager, quel juste temps on peut y consacrer. Alors notre aide devient légère, joyeuse et durable.

    3. Partager régulièrement nos " trop "

      Un « trop » est un objet en bon état qui nous est devenu inutile, et qui correspond précisément aux besoins des plus démunis.
      Nous pouvons aussi partager des « trop » de temps, de compétence, de lieux, de financement, etc.

    4. Partager de façon anonyme.

      L'anonymat est un garde-fou contre les exagérations de l'ego.

    5. Partager sans intermédiaire.

      Pour que nos dons arrivent à destination il est important de rester maître de la situation.

    6. Partager gratuitement.
    7. Partager sans chercher à changer celui que nous aidons.

      CLIQUEZ On ne peut donner que s'il y a une demande pour lire le témoignage d'un bénévole

    8. Partager, seulement, s'il y a une demande clairement énoncée.
    9. Partager avec l'autre, c'est savoir reconnaître notre misère commune.

      Sinon nous aidons en « sauveur du monde » ou en « donneur de leçon ».

    10. Le partage doit améliorer notre vie personnelle.

      Nous ne pouvons pas aider par compensation d'une vie personnelle non accomplie.

    11. Le bénévolat doit procurer un « salaire » intérieur : une satisfaction d'être.

      Il est important de se demander régulièrement : « Suis-je nourri, par mon action ? ». Car durer dans le bénévolat, c'est y gagner intérieurement.

    12. Il n'y a pas de partage matériel durable sans partage d'essentiel.
    haut de page
    bouton retour accueil