bouton retour accueil
Mission Mali en 2014

Communiqué de la chargée de mission

Depuis 2011, je n'étais pas retournée au Mali. Avec le coup d'état, puis la guerre dans le Nord, les conditions ne permettaient pas de se rendre sur place sans risque. Aujourd'hui, dans la capitale la situation est devenue un peu plus stable.
En octobre je décide d'aller à Bamako.
Même si je les appelle régulièrement au téléphone, j'avais besoin d'aller voir sur place.
Comment ont-ils traversé tous ces événements depuis 2 ans ?
Quels sont leurs nouveaux besoins ?
Chacun se débrouille un peu comme il peut pour survivre. La pauvreté s'est accentuée, le travail se fait encore plus rare. Toutes les écoles que nous avons aidées ont subi à la rentrée une baisse d'effectif, de nombreuses familles ont pris la décision de remettre leurs enfants à l'école publique par manque de moyen et malgré des conditions d'enseignement désastreuses dans ces écoles (plus de 100 élèves par classes).
Cette année va être encore une année difficile, les écoles vont devoir faire face à une baisse importante de leurs ressources. Grâce à notre soutien financier tout au long de l'année dernière, elles ont pu faire face à leur charge, aucun enfant n'a été mis dehors pour non paiement, mais notre aide financière s'est arrêtée fin octobre 2013.
Pourquoi ?
Parce que Réflexe Partage n'a pas pour but d'aider financièrement les établissements. Cette aide financière reste exceptionnelle pour des conditions exceptionnelles : un pays en guerre. De plus elle correspondait au montant du coût du container que nous n'avions pas pu envoyer en 2012. Il est de plus en plus difficile de trouver des financements pour aider en Afrique.
Réflexe Partage, c'est apporter des « trop » à ceux qui en ont besoin pour les aider à s'équiper, à se développer pour pouvoir petit à petit devenir autonome et concrétiser leur projet.

La stabilité dans la capitale est encore fragile mais nous allons envoyer du matériel pour des projets générateurs de revenus pour leurs écoles :
L'école L'Alliance
Nous allons les aider à créer une salle d'informatique qui, en dehors des cours deviendra un cyber café ouvert au public.
Le lycée Diané (école de la Fraternité)
Nous allons aider à créer une classe de couture, en apportant des machines à coudre.
L'orphelinat
Nous avions aidé il y a quelques années, les 37 enfants de 8 mois à 18 ans qui y vivent, ont un grand besoin de vêtements.
La scolarisation
21 enfants sont toujours scolarisés grâce à Reflexe Partage. Trois ont déménagé cette année, j'ai donné leurs places à trois autres enfants qui avaient abandonné l'école faute de moyens. Les plus anciens qui ont commencé l'école en 2006 au CP, sont maintenant au niveau du collège. Ils s'épanouissent à l'école malgré des conditions de vie assez dures, et pour moi, c'est une joie intense de les voir grandir et d'être comme tous les ados !
La distribution du goûter deux fois par semaine va s'arrêter.
Pourquoi ? La directrice de l'école l'Alliance m'a fait part de la méfiance de certains parents vis à-vis de ce goûter, qui n'existe dans aucune autre école à Bamako. La situation actuelle, difficile et chaotique fait que les parents ont peur. Ils ont peur que des rites d'envoutement soient réalisés par le biais de la nourriture sur leurs enfants. Il ne faut pas oublier que l'attachement à des croyances traditionnelles et des rites est très vive au Mali, et reste pratiqué couramment. "

Sylvie Marin-Bertin, chargée de lamission Mali